histoire
   clergé
   sacrements
   catéchèse
   revue
   chorales
   plan d'accès
   fabriques d'église
   conférences
   salles
  
   contactez-nous
  
 

La chapelle de Marlagne
     
 
Si la mmoire, a dit un humoriste, est la facult d'oublier, qu'elle soit plutt pour nous aujourd'hui celle du souvenir. Qui ds lors se souvient encore de la belle mais trop passagre histoire de notre Saint Dsert de Marlagne ?

Symbole de calme, isolement et recueillement, le Dsert d'implante au dbut du XVIIme sicle dans la grande fort de Marlagne couvrant la plus grande partie du plateau d'Entre Sambre et Meuse. C'est l qu'un Carme dchauss italien, le Pre Thomas de Jsus, prospecte nos provinces, la recherche d'un emplacement propice l'rection d'un couvent de son ordre. Remontant la Meuse en barque, il s'arrte hauteur du Fourneau, Wpion, et s'engage pied dans le vallon creus par le ruisseau appel La Marlagne. +merveill par la solitude des lieux, il dcide de s'y implanter. Les archiducs Albert et Isabelle, rgnant cette poque de rgime espagnol, lui accordent 40 hectares de terrain au milieu desquels dbute, en 1618, la construction du couvent conu la manire de l'Ordre des Chartreux, constitu de cellules individuelles articules autour de l'glise centrale et du clotre. Rpartis l'intrieur du mur d'enceinte construit en 1619, dix ermitages accueillent des Carmes venant d'autres couvents, parfois lointains et trangers, y passer quelques semaines de retraite totale, isols du monde extrieur.

Vivant en autarcie dans leur domaine, les Carmes exploitent habilement les ressources du lieu, la pierre pour leurs constructions, les sources et les ruisseaux pour leur subsistance. Four chaux, tangs, viviers, moulin et ferme sont leurs occupations terrestres journalires. Mais ce qui bientt justifiera l'appellation Saint Dsert de Marlagne, c'est la discrte saintet de leur vie rmitique, loin du vacarme du monde. Cette bienheureuse solitude est une premire fois trouble par l'arrive des troupes franaises emmenes par Louis XIV en 1692 pour s'attaquer la place forte de Namur. Le 7 juin 1692, Louis XIV en personne vient s'installer dans les prs voisins du Saint dsert, accompagn de sa cour qui trouve sa subsistance chez les Carmes. On y rencontre le Dauphin, le Duc d'Orlans, le Pre Lachaise ( confesseur du roi ), Racine, Boileau et le Duc de Saint-Simon, ses historiographes.

De cette priode subsiste un tableau reprsentant St Joseph (les Carmes de Marlagne avaient choisi de placer leur Dsert sous son patronage) et l'Enfant Jsus devant le Saint Dsert. Du fait sans doute du hasard de la dispersion des biens ecclsiastiques vendus aprs la Rvolution franaise, ce tableau se trouve actuellement dans le chur de la petite glise de Crans, dans le Jura franais. Diverses dmarches n'ont malheureusement jamais permis de le ramener chez nous o sa place est pourtant tout indique. Nous le regrettons d'autant plus que c'est, croyons-nous, la seule reprsentation d'poque de ce qu'tait notre Saint Dsert.
 
En 1789, les hordes rvolutionnaires chassent les Carmes dont les btiments sont malheureusement laisss l'abandon et la convoitise de toutes sortes de prdateur. Des ruines laisses par ces iconoclastes, le Saint Dsert ne se relvera plus comme tel. Diverses affectations qu'il serait trop long d'numrer dans le cadre de ce modeste article achvent de le dmanteler. En 1819, Mgr Pisani de la Gaude, vque de Namur, obtient la jouissance du domaine et l'utilise comme lieu de dtente pour lui et ses sminaristes. Il fait construire la chapelle que nous connaissons encore. Consacre Ste Marie Madeleine, elle s'appuie sur le mur d'enceinte du couvent, gauche du porche d'entre du Saint Dsert. Deux pierres tombales scelles dans le sol de la chapelle et le mur extrieur proviennent de spultures d'officiers de Louis XIV tombs lors du sige de Namur. De style noclassique une nef, elle contient, derrire l'ancien autel, une peinture de Joseph Claes, de Champion, date de 1950, et de chaque ct du chur, deux mdaillons en stuc attribus aux frres Moretti (18e s.).

En 1865, la famille Drion acquiert le domaine de Marlagne et 500 hectares environnants. Elle y construit un magnifique chteau qui, avec le temps, tombera lui aussi en ruine. De 1929 1936, des religieuses bndictines installes depuis 1920 au Mont-Vierge, actuellement Le Moutier, Wpion, redonnent au Saint dsert son sens originel. La chapelle les accueille pour leurs offices. En 1936, la communaut migre Ermeton-sur-Biert o elle se trouve toujours.

En 1938, l'immobilire Bernheim rachte l'ancien Dsert de Marlagne, le chteau et 40 Ha de terrains qui sont progressivement lotis. Le 27 octobre 1971 est pose la premire pierre du Centre Culturel de la Communaut franaise l'emplacement de l'ancien chteau. Une page d'Histoire est tourne.

Le Saint Dsert a retrouv l'anonymat de son origine. Mais nous savons que ce ne sera pas un ternel oubli.

J-M. Nahon



Autres articles:
La vie de la paroisse - La Marlagne